Piste Cyclable

Définition réglementaire

«Une piste cyclable est une chaussée exclusivement réservée aux cycles à deux ou trois roues.»(Art R110-2 du Code de la Route )

Principe

A contrario de la bande cyclable, la piste cyclable est un aménagement proposant au cycliste de circuler sur une chaussée à part entière, en général séparée physiquement de la circulaton des autres usagers de la route. La piste cyclable peut ainsi être surélevée, séparée par une bordure, des potelets, des arbustes... par rapport aux autres chaussées ou au trottoir.

La piste cyclable peut être unidirectionnelle (un seul sens de circulation) ou bidirectionnelle (deux sens de circulation).


Avantages de la piste cyclable

Séparation physique

La piste cyclable peut apparaître comme l'un des aménagements les plus sûrs pour le cycliste.
Séparation avec les véhicules motorisés
Séparé du reste de la circulation, le cycliste évolue dans un espace qui lui est réservé, en site propre. Cet aménagement évite ainsi au cycliste de devoir gérer d'éventuels conflits de trajectoire avec les véhicules motorisés dont le différentiel de vitesse peut s'avérer inconfortable ou dangereux, leurs dépassement, les ouvertures de portières des véhicules en stationnement...

Séparation avec les piétons
En théorie bien différenciée de l'espace dévolu au piéton, une piste cyclable correctement conçue éloigne le risque de conflit pouvant amener à une collision entre piéton et cycliste.

Redistribution de l'espace

La piste cyclable permet, d'avantage qu'une bande cyclable, de redistribuer un espace urbain souvent accaparé par les voies de circulation des véhicules motorisés. L'emprise occupée par la piste cyclable n'est ainsi parcouru que par des vélos, mode actif, silencieux et non polluant, dont la vitesse reste mesurée. Cet aménagement, contribuant à apaiser l'espace public, vient donc en appui des institutions souhaitant rendre une rue ou un quartier plus accessible aux usagers les plus vulnérables, plus agréable à fréquenter (terrasses de café, shopping, promenades...).

Convivialité

Lorsqu'elle propose une largeur suffisante et une configuration adéquat (absence d'intersection ou d'obstacle), la piste cyclable permet à deux cyclistes ou plus de rouler de front et d'ainsi échanger tout en roulant. Cette possibilité peut paraître anecdotique dans un pays peu sensibilisé à la pratique du vélo. Pourtant, les possibilités d’interactions sociales offertes par la pratique du vélo sont à prendre en considération et font partie intégrantes des avantages du vélo. La piste cyclable s'avère ainsi un aménagement générant de la convivialité participant à la qualité de vie, en agglomération comme à la campagne.

Difficultés et pratiques à éviter


Les points positifs relevés dans la partie ci-dessus sont parfois à relativiser. Si une piste cyclable bien pensée et bien réalisée offre de réelles avantages en terme de sécurité, cet aménagement peut s'avérer dangereux si il a été mal conçu, ou construit à l'économie.

Les intersections

La piste cyclable, nous l'avons dit, offre en théorie une séparation physique entre les cyclistes et les autres usagers. Cette séparation a pour effet de couper en section courante le contact visuel entre tous les acteurs de la chaussée. En conséquence, à l'arrivée à une intersection ou à la fin d'une piste cyclable, le cycliste doit conserver toute sa vigilance pour se réinsérer dans le trafic, dont les conducteurs de véhicules motorisés n'ont pas encore perçu la présence.

Cette réinsertion peut être facilitée, ou au contraire rendue plus ardue, en fonction de la piste cyclable elle-même et de ses environs :
- l'intersection ou la fin de la piste est-elle bien dégagée pour rendre aisé le contact visuel, ou est-elle encombrée de végétations, d'affichages publicitaire ou d'autre mobiliers urbains ?
- la priorité est-elle conservée par les utilisateurs de la piste cyclable ou ceux du trafic motorisé ?
- des aménagements modérant la vitesse ont-ils été installés à proximité (plateau traversant, chicane, réduction de la largeur de la chaussée...)

L'entretien courant

Même lorsque la volonté de l'organisme chargé de l'entretien de la piste cyclable est présente, encore faut-il que les moyens des services techniques soient adaptés pour assurer un bon entretien de l'aménagement. Une piste cyclable de faible largeur ou protégée par des éléments anti-intrusion pourra difficilement être parcourue par des véhicules d'entretien mécanisés (déblaiement des feuilles mortes, de la neige, balayage de débris de verre...) ce qui est susceptible de porter préjudice au confort ou à la sécurité des cyclistes.

Qualité de la réalisation et résistance dans le temps

La réalisation d'une piste cyclable, par définition destinée à ne recevoir uniquement des vélos, peut aussi être de moindre qualité qu'une route ou une rue parcourue par du trafic motorisé, donc lourd. On assiste alors à une rapide dégradation de la qualité de roulement, ce qui rend la pratique du vélo plus difficile donc plus énergivore, et plus inconfortable.
Si aucune précaution n'est prise lors de la réalisation d'une piste cyclable longeant des arbres, les racines auront rapidement tendance à déformer l'enrobé jusqu'à rendre le rendre impraticable.

Qualité de la conception

Une piste cyclable peut souffrir de problèmes de conception liée à son étude.

Conflits piétons-cyclistes
Plusieurs mauvaises pratiques des aménageurs peuvent augmenter les conflits au lieu de les apaiser. Les piétons ont besoin de pouvoir marcher sans être surpris ou être mis en danger par les cyclistes. Quand aux cyclistes, la présence de piéton sur une piste cyclable représente également une source de danger, et réduit l'efficacité d'un aménagement censé offrir à ceux-ci la possibilité d'une circulation fluide et avec le minimum de ralentissements.

- Piste cyclable en enrobé, cheminement piéton en falun. Les piétons seront naturellement amenés à utiliser un revêtement le moins salissant et le plus confortable pour le pied, d'autant plus si la météo est à la pluie. Ils marcheront donc sur la piste cyclable et ainsi naîtront des conflits. La solution : offrir aux piétons ou aux cyclistes une surface identique en terme de confort, pour que l'un et l'autre ne soient pas tentés de rouler ou de marcher chez le "voisin".

- Pas de séparation physique et/ou visuelle entre la piste cyclable et le cheminement des piétons : le piéton ou le cycliste n'arrive pas à distinguer l'emprise sur laquelle il est censé marcher ou rouler, ce qui peut là encore conduire à des agacements, ou plus grave, à des collisions.

Quelques exemples en France


Non respect de la piste cyclable par les véhicules non autorisés


Ressources